Library of Articles

  • Library: Articles

Joni Mitchell, parcours de l’artiste Print-ready version

by Muriel Masse
PopRock.ca
September 20, 2018

Roughly translated from French

It was during pre-adolescence that the young artist from the Canadian prairies developed a marked interest in pictorial art, while also taking an interest in music. She began learning the piano at 8, followed by learning the baritone ukulele and finally gave herself up to the guitar. The Folk music is popular in the early sixties with the development of its Revival, the young performer with an angelic soprano voice is captivated by this genre and pays particular attention to the work of Judy Collins. In 1964, at the age of 20, with her passion for music, she left the Alberta College of Art in Calgary to perform summarily in the song boxes of the city of Toronto. It was in 1965 aboard a train for the Mariposa Folk Festival that she wrote her first song, Day after Day, a piece which today remains practically unknown to her repertoire. Despite this, in this single song everything is traced, like the sketch of a self-portrait drawn deeply with a gray lead on a white page. This year also marks her marriage to Chuck Mitchell, taking place in a moralistic disagreement; the young woman's conscience is torn apart by the fact that her illegitimate child is placed in foster care and that Chuck refuses to welcome him into the couple. The newlyweds form a musical duo with a Folk flavorwhich has its raison d'être in the necessity of paying bills. They therefore settle in Detroit where they have had some success. It was during this period that they got to know Eric Anderson through Tom Rush. The young musician is very skilled at the guitar, Joni explores with him the possibilities offered by open chords on the guitar, this discovery will transcend her playing forever.

In 1966, a performance at the cramped The Second Fret Coffeehouse in Philadelphia was received by the university radio station WRTI. We find on this recording a range of decisive songs, some of which will be part of Mitchell's first four albums. In 1967 she separated from Chuck Mitchell, becoming sole master on board of her musical and personal destiny. She moved to New York where her performances were very noticed with the Folk clique of Greenwich Village. Judy Collins uses the weight of her credibility and pushes for Joni to be heard at the important Newport Folk Festival. We agree to add it to the list of artists gathered for the workshopSunday afternoon July 16. Her performance is very noticed by the public as well as by her peers. Leonard Cohen, also part of this workshop, contemplates Joni, they will be in love for a time... The calendar of the young artist in this year is abundantly loaded with no less than 170 entries. During one of her numerous shows given at The Gaslight Cafe in Florida, she made a decisive encounter for the rest of her career...

It was after her abrupt departure from the group The Byrds that David Crosby took refuge in Florida to recharge her batteries. In the wandering of one of her evenings, he enters this Cafefrom Coconut Grove and discover the Canadian in performance. Decades later he will recount this meeting of a fiery verve: "I was so blown away that I had to lean against the wall, nailed in place and pierced by what I heard, just as if I had been thrown a explosive grenade. I couldn't believe someone could be this good. David takes her under her wing and after her return to Los Angeles, Joni joins him some time later. In the Laurel Canyon district, the young key stars of the hippie generation form a fraternity, Joni is introduced to this clan by David. All now have telescope-shaped eyes and ears, where their keen sights contemplate and analyze this wandering star. The recent management of Mitchell, Elliot Roberts and David Geffen, got him a contract with Reprise Records. Crosby will act as director for this first album. A solid set of the most brilliant songs is selected from its already vast and imposing repertoire. The singer-songwriter is in full possession of her art, however the production is failing. Crosby tries out some sound experiments. He records the strings of a vibrant piano in sympathy with Mitchell's voice. This attempt only has the effect of creating various buzzing problems. Fortunately, this eccentricity was abandoned at the mixing stage. This example obviously demonstrates that Crosby is not a director and even less a sound engineer. Over forty years later, Mitchell described the technical side of this album as lamentable work.Joni Mitchell, it was actually going to be called Song to a Seagull . The title's omission was blamed on the label Reprise Records. Sales will unfortunately be much lower than the quality of Mitchell's songwriting , which moreover made a kaleidoscopic brilliance in this period with some of her pieces which she herself has not yet endorsed: Both Side Now , Michael from Mountains and Chelsea Morning by Judy Collins, From Both Side Now by Frank Sinatra, The Circle Game and Song To A Seagull by Buffy Sainte-Marie, Clouds (From Both Sides Now) andChelsea Morning by Dave Van Ronk and without forgetting Tin Angel, Urge For Going and the title song from Tom Rush's The Circle Game album . In early 1969, teenage idol Mitchell Judy Collins won the Grammy Award for Best Folk Performance for the song Both Side Now . Sign of the times! The moment would surely be favorable for the star of Laurel Canyon to endorse her song herself.

The 24-year-old woman can now savor the pecuniary benefits of her collected royalties. She acquired a house on Lookout Mountain Avenue in Laurel Canyon and moved there with her new flame, Graham Nash. This idyll also took birth while Nash attended a Joni show given at Café Le Hibou in Ottawa on March 15 in this year of 1968. Unusual fact, 3 days later, another musician was struck by the talent of Mitchell: at the start of the evening, Joni attends Jimi Hendrix's concert at the Capitol Theater, a few hours later, at the same Café where Joni is in musical residence, Hendrix arrives with her reel-to-reel tape recorderto record the show of the young Canadian. He asks her permission to capture this musical moment on tape. He settles very close to the stage, the attentive ear with her microphone in her hand which points to the artist. The two artists stay at the Château Laurier, they meet there at the end of the evening. During the night they listen to this recording and talk about music. Hendrix's diary will refer to this moment spent with Joni: "[...] fantastic girl with heaven words  ".

Crosby, now separated from Joni, is cooking up the idea of ​​finding someone solid to make the artist's second album. He and Stephen Stills are working on a demo concocted by sound engineer Henry Lewy. This is how Lewy is introduced to Mitchell, he will later become the sound engineer for the album Clouds. For their part, the label Reprise Records designates Paul A. Rothchild as producer of the album. The sessions take place at A&M Studios and quickly escalate. The working atmosphere dictated by Rothchild is austere and authoritarian. Towards the end of one of the sessions, Rothchild stands up abruptly, looks at her watch and exclaims: "I have to leave to go and make an album with the group The Doors, I will be back in 2 weeks. Joni finds himself alone with Henry, and she asks him: "Do you think we can finish the album before her return?" Because this man is succeeding in making me hate music! " Lewy therefore becomes the producer of the album. As for Rothchild, her negligible work will only be credited for the song Tin Angel. This new artistic complicity leads Lewy to become the channeler of Mitchell's work, they will make 13 albums together in 14 years. In this same period, a project of album in spectacle is in the plans of Reprise Records, planned for a subsequent release in Clouds.Two shows were recorded in February 1969: the triumph at Carnegie Hall and that at the Zellerbach Auditorium in Berkeley. The project will unfortunately never see the light of day. Hopefully the precious masterbands are still sleeping in a vault provided for this purpose. This does not prevent the second album from arriving in record stores in May 1969, a success of esteem and commercial at the same time. If in 1969 Judy Collins was crowned with Mitchell's song, it was Joni's turn in 1970 to win the Grammy Award Best Folk Performance for her album Clouds, which includes Both Side Now . The twinkle of the star of Laurel Canyon pierces its clouds , it is now like a radio star...

August 1969, the Woodstock event became the cornerstone of a generation that tried to revolutionize social status through acts of peaceful protest. Crosby, Stills & Nash are part of the program, they invite Joni to perform with them. But the innumerable and unexpected crowd creates logistical chaos. Geffen decides to retain Joni in New York to ensure that she can be present at her important television appearance scheduled the next day at The Dick Cavett Show. Joni, cloistered in Geffen's apartment, exhilarated by the situation, writes the song Woodstockwhich will become the memorial anthem of the festival. This act of creation describes well that, despite even her two albums produced in as many years, the artist's inspiration looks like an imperishable source. A third album seems to be only a question of formality before emerging.

At the end of 1969, Joni and her colleague Henry Lewy, having become more or less her third ear, returned to A&M Studios in Los Angeles. Assisted by this benevolent spirit, Joni can now elaborate her ideas and propel them towards higher levels; let us think of the vocal harmonizations which she sings and which are carried out by superposition of isolated tracks, an edification of aesthetics in itself. If the achievement has reached new levels on different aspects on this album, the turning point is undoubtedly that Joni has reintroduced the piano in her creative laboratory in recent months. This instrumental contribution imposes entirely new color bases, thus nuancing with her first two Folk-style albumsguitar accompaniment; Laura Nyro's rare talent with her songs, such as Lonely Women , surely inspired Mitchell by giving him the impetus necessary to penetrate musically, without any restraint, into her introspective fragility. These new piano pieces bring a transcendent and astonishing aspect; Woodstock played on the Wurlitzer electric piano mesmerizes with its crystalline harmonic sound spectrum in suspension. The album Ladies of the Canyonreleased in March 1970 with a cover consisting of a pictorial work by Mitchell, just like her two previous albums were. The public discovers in this third work that the image representing the young hippie beauty on the guitar has therefore started a metamorphosis into that of an artist dedicated to her art. Her vulnerability, revealed in her work, will gradually eclipse this emblematic generational figure, being obviously a distorted vision of this woman, where her real quest is a symbiotic with her art and not with that of the public image. With the success of this album, the emission of the radio star is so powerful, that it is not without feeling the brutal backlash of its radio waves with long ranges ...

If in 1968 and 1969, Joni offers respectively 141 and 80 various appearances, it is different for the year of 1970 and 1971 which counts 16 and 3. In addition, its popularity leads it to occur during events in grand deployment, which she hates; the loss of immediacy and proximity of her work with her audience creates a strange feeling of cleavage in her, her performance at the Isle of Wight festival of 1970 testifies to this... Breathless and psychologically weakened by the whirlwind of her success and in those hectic years, Joni sold her Laurel Canyon residence. The radio star tries to find itself in its nucleus, it metamorphoses into a shooting star collapsing on France, Spain and Greece. But this trip to Europe is hardly enough to make the celestial body turn on again. In fact, it will have to go to sleep for a moment. Contact with the source of the elements awaits him more than 80 kilometers north of Vancouver. Joni acquires a piece of land near Halfmoon Bay overlooking the Salish Sea. A stone house was erected in the summer of 1971. Cut off from almost everything, this place became a refuge over more than six months for the skinned alive who was like a black hole: overwork, nervous breakdown, pseudo shamanic conversion, monastic retreat and psychoanalytic quest gravitate in its atmosphere.

No matter what hard time Mitchell is going through for Reprise Records, at the end of June 1971 the blue giant is in orbit and radiates the earth. If Joni abruptly left the stage, she had orchestrated her preventive withdrawal. In January, she returned with Henry Lewy to A&M studios to develop Blue . If the vulnerability was more than palpable in the artist with Ladies of the Canyon, on this fourth album a paroxysm is exposed. The young woman's mental state is so weakened that her personal defenses are practically overturned. her artistic spirit shows her distress in these new sound portraits. In addition, at the same time another romantic idyll shakes Joni, that with James Taylor, who also participates in the album by accompanying him on guitar on three songs which she interprets with the Appalachian dulcimer, an instrument that comes to add to Mitchell's creation. Even if the contribution of this musician is notable, as well as those of other collaborators, Mitchell is nevertheless still lonely at her musical foreground with this melancholy pricking her backbone raw, such as the friction of a needle on her own record. In March, the master tapes are ready for production. But Joni changes her mind, she wants to remove two older songs from her repertoire thanks to two new ones:All I Want and The Last Time I Saw Richard replace Urge for Going and Hunter (The Good Samaritan) . The work is completed and completely complete, so that later, this blue giant will become the solo female work which will rise to the highest peak of the list of 500 greatest albums of all time of Rolling Stone magazine presented in 2003, ending up in 30th position. Same story for the list The 150 Greatest Albums Made By Women produced in 2018 by National Public Radio, which positions Blue at the forefront.

Despite this virtual absence from the scene over the past 2 years, Joni is extremely present in the crosshairs of her admirers. She leaves her lair to start a tour presenting the album Blue . This tour, of 13 concerts from February to March in North America and 5 concerts of May in Europe, is nothing more than the first official tour of the artist's amphitheatres. Still alone on stage, Joni delivers her art to a communicating audience. Always strongly inspired, and this from the beginning of this tour, Joni presents 5 new pieces which will be part of her next album For the Roses. Geffen and Roberts have just founded their own label Asylum Records to, among other things, give their new protégé, Jackson Browne, a chance to perform. He thus becomes the ideal person to play at the opening of these series of Joni shows. A romantic relationship more than tumultuous, even violent, will unite the two artists for a short time. Reprise Records is obviously no longer in the equation of the singer's career. Thus, For The Roses was born in November 1972 on Asylum. Geffen, having her financial interests in mind more than ever, has incited Joni for some time to compose a song that fits easily into radio standards. She gives him what he wants by opting for a satirical approach; the first single on the album is the songYou Turn Me On, I'm a Radio , incidentally turning a lot on the radio as soon as it was released. If this song gives the album an impression of lightness, it is different for the corpus. The composer has once again raised her own level of complexity and it is easily palpable that the following sound frescoes will need a more impregnated and mixed color. A reorientation of the musical language is necessary for the continuation...

The album thus marks the end of this chapter of solitary watercolors. Joni will therefore draw on new, much denser colors, such as those based on oil. They will mostly be entered in the Jazz black palette .His musical canvases will now be produced in collaboration with some of the most impressive colorists of this tone. In fact, a good number of music lovers believe that Joni might have gone astray by taking this route, mostly tinged with Jazz, thus losing the quintessence of her art. It would have been interesting to know the opinion of the late Master Miles Davis on this subject. All the more, knowing today that one of her sons reported to Joni that all of the woman's records were sleeping with him near her bed ... In 2007, Herbie Handcock, the one who was among others collaborator of Davis and by Mitchell, dedicated an album to Joni's talent with River : The Joni Letters. The following year, he won the Grammy for album of the year. Many great musicians and artists have been inspired and / or collaborated in her art, but Henry Lewy was one of the few to be at the heart of the artist's creation cycles. He will say at the end of her career that Joni is the only true genius he encountered in her life. Closer, here in Quebec, the sensitive harmonic poet Serge Fiori discovered the art of Joni with For The Roses , from that key moment in her artistic journey, he renamed the artist with nothing less than the denominative - God.

Roberta Joan Anderson has engraved and revealed a complex work whose exposure is incredible and sparkling like a polar star. Her music has succeeded in polarizing in the same nucleus some of the most intense minds that are of this 4th art. We will surely remember forever her musical quest as being crystallized in the authentic...


La première collection musicale du vaste parcours de l'artiste expose cinq tableaux sonores élaborés en autant d'années. Ses toiles poétiques, signées d'une interprétation soliste, sont sans contredit une étonnante réflexion introspective, exhibant un flot émotionnel intimiste d'une densité vertigineuse. On décèle d'emblée que Roberta Joan Anderson (son nom véritable) fut foudroyée par un besoin de catharsis par l'expression artistique. La plupart de ses créations sont maintenant définies comme des archétypes du Folk et même de la chanson de tous genres. Cette peintre harmonique a su élaborer magistralement la quintessence des couleurs fondamentales d'un songwriter indélébile.

C'est à la préadolescence que la jeune artiste des prairies canadiennes développe un intérêt marqué pour l'art pictural, tout en s'intéressant aussi à la musique. Elle s'initie au piano à 8 ans, suivi par l'apprentissage du ukulele baryton et finalement se livre à la guitare. Le Folk music est en vogue au début des années soixante avec l'essor de son Revival, la jeune interprète à la voix soprano angélique est captivée par ce genre et porte entre autres une attention particulière à l'œuvre de Judy Collins. En 1964, à 20 ans, forte de son engouement pour la musique, elle quitte le Alberta College of Art de Calgary pour se produire sommairement dans les boîtes à chansons de la ville de Toronto. C'est en 1965 à bord d'un train pour le Mariposa Folk Festival qu'elle écrit sa première chanson, Day after Day, pièce qui demeure aujourd'hui pratiquement inconnue de son répertoire. Malgré cela, en cette seule chanson tout est tracé, telle l'esquisse d'un autoportrait dessiné profondément d'un plomb gris sur une page blanche. Cette année marque aussi son mariage avec Chuck Mitchell, ayant lieu dans une mésentente moraliste ; la conscience de la jeune femme est déchirée du fait que son enfant illégitime est placé en foyer d'accueil et que Chuck refuse de l'accueillir au sein du couple. Les nouveaux mariés forment un duo musical à saveur Folk qui puise sa raison d'être dans la nécessité que sont les paiements de factures. Ils s'installent par conséquent à Détroit où ils connaissent un certain succès. C'est en cette période qu'ils font la connaissance d'Eric Anderson par l'entremise de Tom Rush. Le jeune musicien est très habile à la guitare, Joni explore avec lui les possibilités qu'offrent les accords ouverts à la guitare, cette découverte transcendera son jeu à jamais.

En 1966, une performance à l'exigu The Second Fret Coffeehouse de Philadelphie est captée par la station de radio universitaire WRTI. On retrouve sur cet enregistrement un éventail de chansons déterminantes, dont certaines feront partie des quatre premiers albums de Mitchell. En 1967 elle se sépare de Chuck Mitchell, devenant ainsi seul maître à bord de sa destinée musicale et personnelle. Elle s'installe à New York où ses prestations sont très remarquées auprès de la clique Folk du Greenwich Village. Judy Collins utilise le poids de sa crédibilité et fait pression pour que Joni puisse se faire entendre à l'important Newport Folk Festival. On consent à l'ajouter à la liste d'artistes réunis pour le workshop du dimanche après-midi 16 juillet. Sa performance est très remarquée autant chez le public que chez ses pairs. Leonard Cohen, faisant lui aussi partie de cet atelier, contemple Joni, ils seront d'ailleurs amoureux pour un temps... Le calendrier de la jeune artiste en cette année est abondamment chargé avec pas moins de 170 engagements. Lors d'un de ses nombreux spectacles donnés au The Gaslight Cafe en Floride, elle fait une rencontre déterminante pour la suite de sa carrière...

C'est suite à son départ abrupt du groupe The Byrds que David Crosby se réfugie en Floride pour se ressourcer. Dans l'errance d'une de ses soirées, il entre dans ce Cafe de Coconut Grove et découvre la Canadienne en performance. Des décennies plus tard il relatera cette rencontre d'une verve enflammée : « je fus si époustouflé que je dus m'adosser contre le mur, cloué sur place et transpercé par ce que j'entendis, tout comme si on m'eut lancé une grenade explosive. Je n'arrivais pas à croire que quelqu'un puisse être aussi bon. » David la prend sous son aile et suite à son retour à Los Angeles, Joni le rejoint quelque temps plus tard. Dans le quartier de Laurel Canyon, les jeunes vedettes clés de la génération hippie forment une fraternité, Joni est introduite à ce clan par David. Tous ont maintenant les yeux et les oreilles en forme de télescope, où leurs visées perçantes contemplent et analysent cette étoile errante. La récente gérance de Mitchell, Elliot Roberts et David Geffen, lui dégotte un contrat avec Reprise Records. Crosby agira à titre de réalisateur pour ce premier album. Un solide ensemble de chansons des plus brillantes est sélectionné de son répertoire déjà vaste et imposant. L'auteure-compositrice-interprète est en pleine possession de son art, par contre la réalisation est défaillante. Crosby tente certaines expérimentations sonores. Il enregistre les cordes d'un piano vibrant en sympathie avec la voix de Mitchell. Cette tentative a seulement pour effet de créer divers problèmes de bourdonnement. Heureusement, cette excentricité fut abandonnée à l'étape du mixage. Cet exemple démontre évidemment que Crosby n'est pas un réalisateur et encore moins un ingénieur de son. Plus de quarante ans plus tard, Mitchell décrivit l'aspect technique de cet album comme étant un travail lamentable. L'album paraît en mars 1968 sous le nom de Joni Mitchell, il devait en fait s'intituler Song to a Seagull. L'omission fautive du titre fut imputée au label Reprise Records. Les ventes seront malheureusement bien inférieures à la qualité du songwriting de Mitchell, qui d'ailleurs fait un éclat kaléidoscopique en cette période avec certains de ses morceaux dont elle-même n'a pas encore endisqué : Both Side Now, Michael from Mountains et Chelsea Morning par Judy Collins, From Both Side Now par Frank Sinatra, The Circle Game et Song To A Seagull par Buffy Sainte-Marie, Clouds (From Both Sides Now) et Chelsea Morning par Dave Van Ronk et sans oublier Tin Angel, Urge For Going et la chanson titre de l'album The Circle Game de Tom Rush. Au début de 1969, Judy Collins, l'idole de l'adolescente Mitchell, remporte le Grammy Award Best Folk Performance pour la chanson Both Side Now. Signe des temps ! Le moment serait sûrement propice pour que l'étoile de Laurel Canyon endisque elle-même sa chanson.

La femme de 24 ans peut maintenant savourer les avantages pécuniaires de ses redevances récoltées. Elle fait l'acquisition d'une maison sur l'avenue de Lookout Mountain à Laurel Canyon et s'y installe avec sa nouvelle flamme, Graham Nash. Cette idylle prit d'ailleurs naissance alors que Nash assistait à un spectacle de Joni donné au Café Le Hibou d'Ottawa le 15 mars en cette année de 1968. Fait insolite, 3 jours plus tard, un autre musicien est foudroyé par le talent de Mitchell : en début de cette soirée, Joni assiste au concert de Jimi Hendrix au Capitol Theatre, quelques heures plus tard, au même Café où Joni est en résidence musicale, Hendrix débarque avec son reel-to-reel tape recorder pour enregistrer le spectacle de la jeune Canadienne. Il lui demande la permission de capter sur ruban ce moment musical. Il s'installe tout près de la scène, l'oreille attentive avec son micro à la main qui pointe vers l'artiste. Les deux artistes logent au Château Laurier, ils s'y retrouvent en fin de soirée. Durant la nuit ils écoutent cet enregistrement et parlent de musique. Le journal intime d'Hendrix fera référence à ce moment passé avec Joni : fantastic girl with heaven words.

Crosby, maintenant séparé de Joni, mijote l'idée de trouver quelqu'un de solide pour réaliser le deuxième album de l'artiste. Lui et Stephen Stills travaillent à un demo concocté par l'ingénieur de son Henry Lewy. C'est ainsi que Lewy est présenté à Mitchell, il deviendra par la suite l'ingénieur de son de l'album Clouds. Pour leur part, le label Reprise Records désigne Paul A. Rothchild comme réalisateur de l'album. Les sessions ont lieu au A&M Studios et s'enveniment rapidement. L'ambiance de travail dicté par Rothchild est austère et autoritaire. Vers la fin d'une des sessions, Rothchild se lève abruptement, regarde sa montre et s'exclame : « Je dois quitter pour aller faire un album avec le groupe The Doors, je serai de retour dans 2 semaines. » Joni se retrouve seul avec Henry, et elle lui demande : « Est-ce que tu crois qu'on peut terminer l'album avant son retour ? Car cet homme est en train de réussir à me faire haïr la musique ! ». Lewy devient par conséquent le réalisateur de l'album. Quant à Rothchild, son négligeable travail sera seulement crédité pour la chanson Tin Angel. Cette nouvelle complicité artistique amène dès lors Lewy à devenir le canalisateur du travail de Mitchell, ils réaliseront ensemble 13 albums en 14 ans. En cette même période, un projet d'album en spectacle est dans les plans de Reprise Records, prévu pour une sortie subséquente à Clouds. Deux spectacles sont enregistrés en février 1969 : le triomphal au Carnegie Hall et celui au Zellerbach Auditorium de Berkeley. Le projet ne verra malheureusement jamais le jour. Espérons que les précieuses bandes maîtresses sommeillent toujours dans une voûte prévue à cet effet. Ceci n'empêche en rien le deuxième album d'arriver dans les bacs des disquaires en mai 1969, un succès d'estime et commercial à la fois. Si en 1969 Judy Collins est couronnée avec la chanson de Mitchell, c'est au tour de Joni en 1970 de remporter le Grammy Award Best Folk Performance pour son album Clouds, duquel on retrouve Both Side Now. Le scintillement de l'étoile de Laurel Canyon perce ses nuages, elle est maintenant telle qu'une radioétoile...

Août 1969, l'événement Woodstock devient la pierre angulaire d'une génération qui tente de révolutionner le statut social par des actes de contestations pacifiques. Crosby, Stills & Nash font partie de la programmation, ils invitent Joni à s'y produire avec eux. Mais la foule innombrable et inattendue crée un chaos logistique. Geffen décide de retenir Joni à New York pour s'assurer ainsi qu'elle puisse être présente à son importante apparition télévisuelle prévue le lendemain à The Dick Cavett Show. Joni, cloîtrée dans l'appartement de Geffen, l'esprit exalté par la situation, écrit la chanson Woodstock qui deviendra l'hymne mémoriel du festival. Cet acte de création décrit bien que, malgré même ses deux albums réalisés en autant d'années, l'inspiration de l'artiste ressemble à une source impérissable. Un troisième album ne semble être qu'une question de formalité avant de surgir.

À la fin de l'année 1969, Joni et son collègue Henry Lewy, étant devenu ni plus ni moins sa troisième oreille, retournent au A&M Studios de Los Angeles. Assisté par cet esprit bienveillant, Joni peut maintenant élaborer ses idées et les propulser vers des niveaux supérieurs ; pensons aux harmonisations vocales qu'elle-même chante et qui sont réalisées par superposition de pistes isolées, une édification de l'esthétisme en soi. Si la réalisation a atteint de nouveaux niveaux sur différents aspects sur cet album, le fait tournant est sans contredit que Joni a réintroduit le piano dans son laboratoire créatif au cours des derniers mois. Cet apport instrumental impose de toutes nouvelles bases de couleurs, nuançant ainsi avec ses deux premiers albums de facture Folk d'un accompagnement à la guitare ; le talent rare de Laura Nyro avec ses chansons, telles que Lonely Women, a sûrement inspiré Mitchell en lui octroyant l'élan nécessaire pour pénétrer musicalement, sans aucune retenue, dans sa fragilité introspective. Ces nouvelles pièces au piano apportent un aspect transcendant et sidérant ; Woodstock joué au piano électrique Wurlitzer hypnotise avec son spectre sonore harmonique cristallin en suspension. L'album Ladies of the Canyon parait en mars 1970 avec une pochette constituée d'un travail pictural réalisé par Mitchell, tout comme l'étaient d'ailleurs ses deux précédents albums. Le public découvre sur cette troisième œuvre que l'image représentant la jeune beauté hippie à la guitare a entamé dès lors une métamorphose en celle d'une artiste dédiée à son art. Sa vulnérabilité dévoilée dans son œuvre éclipsera peu à peu cette figure emblématique générationnelle, étant bien évidemment une vision faussée de cette femme, où sa vraie quête en est une symbiotique avec son art et non avec celle de l'image publique. Avec le succès de cet album, l'émission de la radioétoile est si puissante, qu'elle n'est pas sans ressentir le contrechoc brutal de ses ondes radioélectriques à grandes portées...

Si en 1968 et 1969, Joni offre respectivement 141 et 80 apparitions diverses, il en va autrement pour l'année de 1970 et 1971 qui en compte 16 et 3. De plus, sa popularité l'amène à se produire lors d'événements à grand déploiement, qu'elle déteste ; la perte d'instantanéité et de proximité de son œuvre avec son public crée chez elle une étrange sensation de clivage, sa performance au festival Isle of Wight de 1970 en témoigne... À bout de souffle et fragilisée psychologiquement par le tourbillon de son succès et de ces années effrénées, Joni vend sa résidence de Laurel Canyon. La radioétoile tente de se retrouver en son noyau, elle se métamorphose en une étoile filante s'effondrant sur la France, l'Espagne et la Grèce. Mais ce voyage sur l'Europe ne suffit guère à faire en sorte de rallumer le corps céleste. En fait, il devra se mettre en veille pour un moment. Un contact avec la source des éléments l'attend à plus de 80 kilomètres au nord de Vancouver. Joni acquiert un lopin de terre tout près de Halfmoon Bay donnant sur la Mer des Salish. Une maison de pierres est érigée à l'été 1971. Coupé de presque tout, ce lieu devient un refuge sur plus de six mois pour l'être écorché à vif qui est tel un trou noir : surmenage, dépression nerveuse, pseudo conversion chamanique, retraite de type monastique et quête psychanalytique gravitent dans son atmosphère.

Peu importe ce dur moment que traverse Mitchell pour Reprise Records, à la fin juin de 1971 la géante bleue est en orbite et irradie la terre. Si Joni a quitté abruptement les planches, elle avait orchestré son retrait préventif. En janvier, elle était retournée avec Henry Lewy dans les studios A&M pour élaborer Blue. Si la vulnérabilité était plus que palpable chez l'artiste avec Ladies of the Canyon, sur ce quatrième album un paroxysme est exposé. L'état psychique chez la jeune femme est si fragilisé que ses défenses personnelles sont pratiquement renversées. Son esprit artistique exhibe sa détresse dans ces nouveaux portraits sonores. De plus, au même moment une autre idylle amoureuse secoue Joni, soit celle avec James Taylor, qui d'ailleurs participe à l'album en l'accompagnant à la guitare sur trois morceaux qu'elle interprète au dulcimer des Appalaches, instrument qui vient de s'ajouter à la création de Mitchell. Même si l'apport de ce musicien est notable, ainsi que ceux d'autres collaborateurs, Mitchell est néanmoins toujours solitaire à son avant-scène musicale avec cette mélancolie lui piquant l'épine dorsale à vif, telle la friction d'une aiguille sur son propre disque. En mars, les bandes maîtresses sont prêtes à être acheminées vers la production. Mais Joni se ravise, elle veut retirer deux chansons plus anciennes de son répertoire à la faveur de deux nouvelles : All I Want et The Last Time I Saw Richard remplacent Urge for Going et Hunter (The Good Samaritan). L'œuvre est complétée et totalement complète, si bien qu'ultérieurement, cette géante bleue deviendra l'œuvre solo féminine qui se hissera au plus haut sommet de la savante liste 500 greatest albums of all time du magazine Rolling Stone présenté en 2003, se retrouvant à la 30e position. Même histoire pour la liste The 150 Greatest Albums Made By Women réalisée en 2018 par le National Public Radio, qui positionne Blue au premier rang.

Malgré cette quasi-absence de la scène aux cours des 2 dernières années, Joni est on ne peut plus présente dans le collimateur de ses admirateurs. Elle sort de son repaire pour entamer une tournée présentant l'album Blue. Cette tournée, de 13 concerts de février à mars en Amérique du Nord et de 5 concerts de mai en Europe, est ni plus ni moins la première tournée officielle d'amphithéâtres de l'artiste. Encore seule sur scène, Joni livre son art à un public communiant. Toujours fortement inspirée, et ce dès le début de cette tournée, Joni présente 5 nouvelles pièces qui feront partie de son prochain album For the Roses. Geffen et Roberts viennent de fonder leur propre label Asylum Records pour entre autres donner la chance à leur nouveau protégé, Jackson Browne, de se produire. Il devient ainsi la personne toute désignée pour jouer en ouverture de ces séries de spectacles de Joni. Une relation amoureuse plus que tumultueuse, voire violente, unira les deux artistes pour un court moment. Reprise Records n'est évidemment plus dans l'équation du parcours de la chanteuse. Ainsi, For The Roses voit le jour en novembre 1972 sur Asylum. Geffen, ayant plus que jamais ses intérêts financiers en tête, incite Joni depuis un temps à composer une chanson cadrant facilement dans les standards radiophoniques. Elle lui donne ce qu'il veut en optant pour une approche satirique ; le premier simple de l'album est la chanson You Turn Me On, I'm a Radio, tournant d'ailleurs beaucoup à la radio dès sa sortie. Si cette chanson donne l'impression d'un aspect de légèreté à l'album, il en va autrement pour le corpus. La compositrice a élevé une fois de plus son propre niveau de complexité et il est facilement palpable que les fresques sonores suivantes auront besoin de couleur plus imprégnée et plus mixte. Une réorientation du langage musical se fait nécessaire pour la suite...

L'album marque ainsi la fin de ce chapitre d'aquarelles solitaires. Joni puisera dès lors de nouvelles couleurs beaucoup plus denses, telles que sont celles à bases d'huile. Elles seront pour la plupart du temps saisies dans la palette de noir Jazz. Ses toiles musicales seront désormais réalisées avec la collaboration de certains des plus impressionnants coloristes de ce ton. D'ailleurs, bon nombre de mélomanes croient que Joni se serait peut-être égarée en empruntant ce parcours majoritairement teinté de Jazz, perdant ainsi la quintessence de son art. Il aurait été intéressant de connaître l'opinion du défunt maître Miles Davis à ce sujet. D'autant plus, en sachant aujourd'hui qu'un de ses fils a rapporté à Joni que tous les disques de la femme sommeillaient avec lui près de son lit... En 2007, Herbie Handcock, celui qui fut entre autres collaborateur de Davis et de Mitchell, a dédié un album au talent de Joni avec River : The Joni Letters. L'année suivante, il sera couronné du Grammy Award de l'album de l'année. Bon nombre de grands musiciens et artistes ont été inspirés et/ou ont collaboré à son art, mais Henry Lewy a été un des rares à être au cœur des cycles de création de l'artiste. Il dira en bout de carrière que Joni est le seul vrai génie qu'il rencontra dans sa vie. Plus près, ici au Québec, le sensible poète harmonique Serge Fiori a découvert l'art de Joni avec For The Roses, depuis ce moment clé dans son cheminement artistique, il a rebaptisé l'artiste avec rien de moins que du dénominatif - Dieu.

Roberta Joan Anderson a gravé et révélé une œuvre complexe dont l'exposition est inouïe et scintillante comme une étoile polaire. Sa musique a réussi à polariser dans un même noyau certains des esprits les plus intenses qui soient de ce 4e art. On se souviendra sûrement à jamais de sa quête musicale comme étant cristallisée dans l'authentique...

This article has been viewed 787 times since being added on April 3, 2020.

Copyright protected material on this website is used in accordance with 'Fair Use', for the purpose of study, review or critical analysis, and will be removed at the request of the copyright owner(s). Please read Notice and Procedure for Making Claims of Copyright Infringement.

Comments on Joni Mitchell, parcours de l’artiste

Comment using your Facebook profile, or by registering at this site.

You must be registered and log in to add a permanently indexed comment.